Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 janvier 2012 3 25 /01 /janvier /2012 08:31

La Seconde Guerre mondiale(1). Les grandes phases du conflit.

 

 

 

II – L’Europe sous domination allemande

 

 

Comment les Européens vivent-ils sous la domination nazie? Qu’est-ce que le génocide?

 

 

L’Europe nazie, l’Europe pillée et terrorisée

 

De 1938 à 1942, la liste des pays annexés ne cessent de s'allonger (l'Autriche, l’ouest de la Tchécoslovaquie, la Pologne ou encore une partie de l'Alsace et la Lorraine) tout comme celle des pays occupés (à l’ouest, la France, la Belgique et les Pays-Bas, à l’est, l’URSS et dans les Balkans, la Croatie, la Serbie, l’Albanie et la Grèce).

 

Ces Etats sont soit sous administration allemande, soit sous un gouvernement local. Par conséquent, en 1942, on trouve plusieurs types de territoire soumis aux Nazis :

1) Le Grand Reich (Allemagne ; Autriche ; une partie de la Bohême, l’Alsace et la Lorraine, le Luxembourg et la Slovénie) est entièrement sous le contrôle des Nazis. Les non germaniques expulsés.

2) Les pays alliés de l’Axe sont soumis à l’influence nazie: l’Italie, la Finlande, la Slovaquie, la Hongrie, la Roumanie, la Bulgarie ou encore la Croatie.

3) On trouve ensuite des pays neutres (Suède, Espagne, Suisse, Portugal).

4) Les pays vaincus ont des statuts différents en fonction des races et de l’importance stratégique des conquêtes :

- les Etats vassaux ayant conservé leur gouvernement : Danemark, France de Vichy, Norvège, Pays-Bas

- les Etats vassaux directement placés sous contrôle militaire allemand: Belgique, France occupée, Grèce, Serbie

- les protectorats: Bohême-Moravie, Pologne, territoires conquis sur l’URSS.

 

On remarque que « plus la race est inférieure » selon les conceptions nazies développées dans Mein Kampf, plus les conditions de vie apparaissent difficiles.

 

L’Allemagne pour soutenir son effort de guerre réquisitionne des produits alimentaires dans les pays occupés ainsi que de l’argent, des matières premières, des produits industriels et de la main d’œuvre.

L’exploitation économique devient brutale dans les pays slaves.

La vie quotidienne est difficile, surtout dans les villes. La pénurie est importante et un marché noir se met en place.

 

 

 

Le génocide

 

* La mort est mon métier

Robert Merle à travers ,La mort est mon métier, raconte la vie de Rudolph Hoess.

Ce roman historique nous conduit en Allemagne, en 1913. Lang qui a alors 13 ans (on comprend vite que ce personnage n'est autre que Rudolph Hoess) y reçoit une éducation catholique particulièrement stricte. Infligée par le père, un ancien militaire visiblement traumatisé, cette éducation devait le conduire à devenir prêtre.

En 1914, ce père meurt . Dés 1916, Lang, à peine seize ans, s'engage et part pour le Front Ouest. Il est finalement intercepté en raison de son âge, devient aide à l'hôpital militaire puis part sur le front en Turquie.

A la fin de la guerre, décoré de la Croix de fer, il se retrouve au chômage et rejeté par sa famille. Désespéré, marqué par la violence et la déshumanisation liées à la Grande Guerre, la matrice du siècle de fer, il est sauvé du suicide par un de ses compagnons d'armée qui l'incite à épouser les idées du parti nazi.

Par la suite, on lui confie la direction d'une ferme avec sa femme. L'humiliation due à la défaite et au Traité de Versailles subsiste. La crise de 1929 survient, le NSDAP renaît de ses cendres, Hitler accède au pouvoir. A l'aise avec la violence, Rudolph Hoess grimpe une à une les marches qui vont le mener à des fonctions importantes dans l'armée et les instances nazies. Il finit par devenir le chef du camp d’Auschwitz

 

* l’arrivée dans les camps

 

auschwitz-a-foto.jpg

Photographie de l'arrivée au camp d'Auschwitz.

 

Sur cette photographie, on peut voir les déportés qui arrivent par le train à Auschwitz. Des médecins SS désignent la file dans laquelle doivent se ranger les déportés.

A droite, les hommes robustes partiront travailler dans les usines. A gauche, les vieillards, la majorité des femmes et les enfants vont être dirigés vers la chambre à gaz. A l’arrière plan, des camions s'apprêtent à venir chercher les bagages des déportés ainsi que les cadavres de ceux qui sont morts pendant le voyage.

Les SS doivent veiller à ce que les opérations se déroulent dans le calme.

 

Autre exemple, à Treblinka, on construit une fausse gare qui accueille les déportés. On leur permet ensuite de prendre une douche. Les Juifs pensent être en transit et se rebellent moins. L’extermination est alors plus rapide.

   

 

* les conditions de survie dans les camps

De nombreux documents montrent les corps décharnés. Cette déshumanisation des conditions de vie dans les camps peut être également symbolisée par les sonderkommandos, ces juifs déportés chargés par les nazis de surveiller les autres déportés ... contre sa survie.

 

 

* les exécutions

Les méthodes d'extermination évoluent jusqu’en 1943.

Depuis 1924, Hitler ne dissimule pas ses théories visant à exterminer les Juifs mais aussi les Tziganes ou les homosexuels.

Pour instaurer la terreur, pour favoriser l'embrigadement de l'individu et l'encadrement des masses, le Reich met en place dés 1933 le système des camps de concentration comme à Dachau. Les opposants politiques, principalement les communistes, et les personnes jugées associales  (les condamnés de droit commun, les témoins de Jéhovah, les homosexuels ainsi que les Juifs et les Tziganes) y sont enfermés. L'entreprise de déshumanisation peut alors commencer.

 

Peu à peu, les méthodes d'exécutions se rationalisent.

Au début du conflit, les exécutions se font à la mitraillette et collectivement (les Einsatzgruppen). Les gaz d’échappement des camions sont également utilisés mais ces méthodes sont jugées trop lentes.

En janvier 1942 se déroule la conférence de Wannsee qui définit les modalités de la solution finale. Dés lors, les camps d’extermination sont mis en place et se rationnalisent : Chelmno, Treblinka, Sobibor, Maïdenek-Lublin, Belzec, Auschwitz-Birkenau.La solution finale fait que le rythme et le nombre des exécutions s’accélèrent (utilisation des chambres à gaz à Auschwitz). 

Les Juifs sont déportés dans ces camps de la mort. Cinq à six millions de Juifs ainsi que 200 000 tziganes ont été exterminés.

 

Rudolph Hoess. La mort est mon métier. On cherche toujours à comprendre. Comment devient-il ce chef macabre? Comment le camp d'Auschwitz devient cette usine, cette entreprise de la mise à Mort? Comment et par quelle machination Rudolph Hoess (ou Höss) parvient-il à accepter l'ordre de supprimer "500 000 unités" par an? Lang va s'échiner à remplir sa mission : "tuer le plus grand nombre de Juifs et éliminer le plus efficacement possible les cadavres".

 

procès de Rudolph Hoess, INA

 

Après la guerre, Rudolph Hoess est emprisonné puis condamné à la pendaison. Durant le procès, il affirmera avoir "seulement suivi les ordres" et répondra d'un air naturel qu'il n'a tué "que 2,5 millions de personnes".

 

 

Résumé d'un cours d'histoire pour les 3ème

 

 

La Seconde Guerre mondiale (3). La France durant la guerre.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

1492 Et Sa Présentation

  • : 1492blog
  • 1492blog
  • : Passionné par l'Histoire et la Géographie, tout m'intéresse car ce n'est pas le temps qui passe, c'est nous qui passons.
  • Contact

Rechercher

Les Archives Ultra-Locales

Boîtes Pour Ranger Les Articles